SecurityInsider
Le blog des experts sécurité Wavestone

Les Trois piliers sécurité du Bitcoin



Le Bitcoin est une monnaie virtuelle développée par Satoshi Nakamoto (pseudonyme) et dont l’implémentation a été effective en 2009. Il représente aujourd’hui une capitalisation d’environ 3 milliards de dollars avec près d’un million d’utilisateurs. Le système est supporté par la Fondation Bitcoin.
Les objectifs du projet étaient clairs : Anonymat, Transparence et Confiance distribuée. Bitcoin devait être une monnaie accessible à tous et sans intermédiaire, une monnaie qui n’est contrôlée par aucune banque et qui vit selon le principe simple de l’offre et la demande. Le but de l’article est de revenir sur ces objectifs.

La Transparence pour un système fiable et autonome

La transparence est le Graal d’un internet démocratique et ouvert sur le monde. Dans le cas du Bitcoin, la transparence signifie que les transactions émises dans le réseau sont publiques, c’est-à-dire que tous les utilisateurs ont connaissance du compte émetteur, du compte destinataire et du montant de chaque transaction.
Cette transparence permet au destinataire de s’assurer de la solvabilité d’un émetteur. Avec un tel système, il est impossible de contrefaire de la monnaie, puisque tout Bitcoin est traçable depuis sa création jusqu’à l’instant présent.

L’Anonymat pour un système financier utilisable par tous

Le système Bitcoin doit permettre aux utilisateurs d’échanger de « l’argent » sans risque d’être publiquement identifiés à la différence d’un compte bancaire où la banque, l’état et d’autres autorités de contrôle peuvent avoir facilement accès à vos informations pour vérifier la nature de vos activités.
Pour créer et utiliser un compte, l’utilisateur n’a pas besoin de s’enregistrer auprès d’une autorité. Grâce à la cryptographie utilisée, à chaque compte est associée une unique clé « privée », connue de l’utilisateur seul, qui fonctionne comme la clé d’un coffre-fort. 
L’anonymat est réalisé par le fait que le système ne dispose d’aucune information sur l’utilisateur. De plus, l’utilisateur peut disposer d’une multitude de comptes sur lequel il va répartir son capital. Lorsqu’il vide un des comptes, il l’abandonne et en utilise de nouveaux. Ainsi par la création et l’abandon continu de comptes, il devient impossible d’identifier les propriétaires de comptes par l’étude de patterns de transferts d’argent car il est impossible de savoir qui est derrière chaque nouveau compte.

La Distribution pour une confiance assurée sans autorité de contrôle

L’avantage d’une telle transparence est que chacun connaît la solvabilité des autres utilisateurs : dans le cadre d’une transaction, le destinataire n’a pas besoin d’une autorité de contrôle pour s’assurer que la transaction est possible et réalisée, c’est le réseau, c’est-à-dire chaque utilisateur, via le protocole Bitcoin qui s’occupe de la validité de la transaction et donc de la sécurité du réseau. C’est pour cette raison qu’on parle de système distribué.
L’enregistrement et la validation des transactions sont faits par certains utilisateurs volontaires : les « mineurs ». Ils sont rémunérés par le système avec la création de Bitcoin, ex nihilo. Plus il y a de mineurs, plus la sécurité du système est forte, c’est finalement la cupidité qui protège le réseau d’éventuels fraudeurs. A noter que cette tâche de minage nécessite de disposer d'un minimum de puissance de calcul ce qui explique que l’ensemble des utilisateurs ne soit pas mineur. Nous détaillerons les principes du minage dans un prochain article dédié à ce sujet.
Toutes les 10 minutes environ, 25 Bitcoin sont mis en jeu auprès des mineurs et distribués, soit l’équivalent de 6000$ avec le cours actuel.

Finalement le modèle de fonctionnement du système Bitcoin est le suivant : 

La Question Clé : Comment avoir des Bitcoins ?!
Il est assez aisé de se procurer des Bitcoins, il existe de nombreuses plates-formes d’échanges de Bitcoin. Celles-ci de par leur fonctionnement d’intermédiaires, vont à rebours de la philosophie Bitcoin cependant elles ont été un élément indispensable pour la démocratisation du Bitcoin.

Un système qui ne fait pas l’unanimité pour tout le monde…
Le Bitcoin a été la cible de nombreuses critiques sur son fonctionnement : 
  • Hackage  de plateformes d’échange, qui fonctionnent comme des banques de change et d’investissement.
  • Blanchiment d’argent ; l’anonymat sur Bitcoin en fait une plate-forme d’échange discrète. Cependant, on peut aussi noter que le problème n’a pas été réglé dans le système bancaire centralisé.
  • Le gaspillage, l’énergie consommée par les mineurs, pour leur travail, est estimée à celle d’un pays industrialisé de la taille de la France.
  • La spéculation, inhérente à un système financier. Les cours varient assez rapidement donc les échanges avec Bitcoin représentent toujours un risque.
 … Mais qui reste un succès mondial. Avec plus d’un millions d’utilisateurs, Bitcoin est devenue la monnaie virtuelle la plus utilisée à travers le monde. Les principes du Bitcoin ont donné naissance à de nombreux projets démocratiques. Plus que l’aspect financier, il faut retenir que ce système a démontré que le modèle de la confiance  distribuée était viable   et représente en cela un exploit numérique unique !

Nous reviendrons plus en détail sur la confiance distribuée selon Bitcoin et les projets qui sont nés de ce paradigme dans deux prochains articles ! 

Benoit Perron

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire